CFP / Revolutionary Speeches, Speeches about Revolutions – Discours des révolutions, discours sur les révolutions

Appel à communications

Discours des révolutions, discours sur les révolutions :

une étude comparée de l’éloquence révolutionnaire aux États-Unis et en France

Comité organisateur : Hélène Parent (docteure en littérature française, CSLF, université Paris Nanterre) et Augustin Habran (MCF en histoire et civilisations des États-Unis, REMELICE, université d’Orléans).

Colloque s’inscrivant dans le prolongement du projet UPL « Dire / montrer l’éloquence (1750-1850) » (projet triennal porté par les universités Paris Nanterre et Paris 8, 2021-2023).

Contacts : augustin.habran@gmail.com ; hparent1404@gmail.com

Le colloque se tiendra à l’Université Paris Nanterre, sur deux jours, les jeudi 16 et vendredi 17 mars 2023.

« L’éloge de ce héros de l’Amérique mériterait d’être prononcé par les bouches les plus éloquentes[1] », affirme Fontanes dans son éloge funèbre de George Washington prononcé dans le temple de Mars le 20 pluviôse an VIII (9 février 1800). Le héros de la révolution américaine et premier président des États-Unis, mort en décembre 1799, est une référence que l’on retrouve fréquemment sur les lèvres des orateurs de la Révolution française, tous camps politiques confondus, et dans le cadre de stratégies rhétoriques variées. En effet, à la recherche de héros et de mythes fondateurs, les révolutionnaires français, loin de fonder la nation nouvelle ex nihilo, n’ont de cesse de convoquer des modèles issus d’autres temps et d’autres aires. Washington est un exemple parfait de cette circulation des références. Il est d’abord célébré aux États-Unis comme le Cincinnatus moderne[2], et c’est ce mythe que récupèrent les orateurs révolutionnaires français, eux-mêmes pétris de culture classique[3].

C’est à cette circulation des références et des modèles politiques et rhétoriques entre ces deux espaces (les États-Unis et la France) au moment de leurs révolutions respectives, que ce colloque s’intéressera. Il s’agira de mettre l’accent sur les représentations et les mythes fondateurs ayant permis de conceptualiser la nation, l’homme politique (en tant qu’orateur idéal) et le peuple dans le discours politique. On s’interrogera également, dans une perspective plus large, à la manière dont ces deux événements sont à leur tour devenus des mythes, des symboles ou des modèles, à travers l’étude de leur représentation dans la littérature et dans l’art (peinture, théâtre, cinéma, etc.), entre le moment où ils ont eu lieu et aujourd’hui. Pour la Révolution américaine, on considérera la période allant de la Déclaration d’Indépendance en 1776 à la « Révolution de 1800 », c’est-à-dire l’élection à la présidence de Thomas Jefferson, qui apporte une résolution temporaire aux débats sur la nature même du fédéralisme dans la jeune république. Pour la Révolution française, on se bornera à la période comprise entre les États-généraux de 1789 et la suppression du Tribunat, dernière assemblée délibérante de l’Empire, en 1807.

L’étude de ces périodes, en partie concomitantes, de construction démocratique sera menée au prisme de la notion d’éloquence. Nous prenons ce terme dans un sens large, à la fois comme ce qui relève du discours politique (éloquence délibérative, parlementaire notamment) et des lieux où celui-ci circule, en imitant, prolongeant ou parodiant les formes et les codes rhétoriques du genre oratoire : journaux, essais, pamphlets, grands textes fondateurs, etc[4].

Les propositions pourront s’inscrire dans trois grands axes, sans nécessairement s’y limiter :

1/ À travers des corpus de discours politiques, de textes de loi, d’essais, de journaux issus de la Révolution américaine et / ou de la Révolution française, on pourra étudier les imaginaires, les symboles, les modèles mobilisés. On favorisera des communications proposant une perspective comparatiste, qui mettront en avant la circulation de ces références entre les deux espaces (par exemple, une interrogation sur la manière dont la Révolution française récupère certains symboles de la Révolution américaine), ou qui proposeront une comparaison de la manière dont chaque aire renvoie à un même symbole ou modèle. Outre le contenu, une attention pourra être accordée à la question du style : quelle(s) langue(s), quel(s) style(s), quelle(s) figure(s) sont à même de dire ces imaginaires, en anglais et en français, quels sont les modèles rhétoriques des orateurs et publicistes américains et français ? Quelle(s) vision(s) de l’orateur idéal (et donc de l’« homme politique ») s’en dégagent, au moment de la naissance des démocraties modernes ? Qu’est-ce qu’un représentant du peuple, aux États-Unis et en France, comment est-il théorisé ou représenté (et donc, corrélativement, comment est théorisé et représenté le « peuple ») ? Toutes ces questions seront abordées à l’aune d’un paradoxe : comment prétend-on inventer quelque chose de nouveau (une nation, un régime politique) à partir de modèles passés ? Comment ces modèles se trouvent-ils adaptés et métamorphosés ?

2/ Il faudra poser la question des éloquences plurielles : en contrepoint de l’éloquence parlementaire et des espaces politiques dominants, où, comment et à travers quelles figures se déploient des éloquences populaires et / ou minoritaires (éloquence du peuple versus éloquence des élites ; éloquences des femmes, éloquences des minorités afro-américaines ou amérindiennes par exemple).

3/ Enfin, on pourra s’interroger sur les représentations a posteriori de cette parole publique dans sa pluralité, et de ses praticiens et praticiennes dans leur diversité : comment les grandes figures de ces deux moments révolutionnaires (les Pères fondateurs des États-Unis, les orateurs de la Révolution française, les représentant.e.s d’une éloquence populaire ou minoritaire, etc.) deviennent-elles à leur tour des modèles ou des repoussoirs, grâce aux représentations (positives ou négatives) qui en sont proposées en aval, dans la littérature et dans les arts, jusqu’à nos jours ? Comment ces révolutions deviennent-elles à leur tour de nouveaux mythes nationaux à travers les récits qui en sont proposés ? Là encore, on favorisera une approche comparatiste.

Les propositions de communication, en français ou en anglais (environ 300 mots) accompagnées d’une notice bio-bibliographique sont à envoyer avant le 31 octobre 2022 (dernier délai) aux deux adresses suivantes : augustin.habran@gmail.com ; hparent1404@gmail.com. Les communications pourront elles-mêmes se dérouler en français ou en anglais.

*****

Call for papers

Revolutionary Speeches, Speeches about Revolutions:

A comparative study of revolutionary eloquence in France and in the United States

Organizing committee: Hélène Parent (Ph.D. in French Literature, CSLF, Paris Nanterre University) and Augustin Habran (Associate Professor of American History, REMELICE, University of Orléans).

The symposium will be held at Paris Nanterre University, on Thursday 16 and Friday 17, March 2023.

Contact: augustin.habran@gmail.com ; hparent1404@gmail.com

This symposium is part of the « Dire / montrer l’éloquence (1750-1850) » project (University Paris Lumière – Paris Nanterre / Paris 8, 2021-2023).

                  “The eulogy for this American hero should be delivered by the most eloquent mouths”, Fontanes affirmed in the funeral oration he gave for George Washington in the temple of Mars on February 9, 1800. The revolutionary American hero and first president of the United States, who died in December 1799, was frequently used as a reference by the orators of the French Revolution from all political camps as a tool for various rhetorical strategies. Indeed, as they looked for founding myths and heroes that would suit the new nation, that was not founded from scratch, French revolutionaries kept convoking models from other times and spaces. The example of Washington perfectly illustrates this outstanding circulation of references. He was first celebrated in the United States as a modern Cincinnatus; and this myth was then reclaimed by French orators who had themselves been educated to classical culture.

            It is this dynamic circulation of references and rhetorical and political models between these two spaces (the United States and France) at the time of their respective revolutions that this symposium aims at studying. We will focus more particularly on the representations and the founding myths that allowed for the emergence and definition of concepts including the nation, the political figure (as an ideal orator) and the people in political speeches. Furthermore, the way these two revolutionary events also became myths, symbols or models shall be analyzed through the study of their representations in literature and art more generally (painting, theater, cinema, etc.) from the time they occurred until today. As far as the American Revolution is concerned, we shall focus on the period spanning from the Declaration of Independence in 1776 to the “Revolution of 1800”, Thomas Jefferson’s election, that provided the ongoing debate over the very nature of federalism in the early republic with a temporary solution. Regarding the French Revolution, we shall consider the period spanning from the General Estates of 1789 to the suppression of the Tribunat, last deliberative assembly of the Empire, in 1807.

            The study of these partly concurrent periods of democratic establishment will be carried out through the prism of the notion of eloquence, being defined here both as whatever has to do with the political speech per se (deliberative eloquence, parliamentary notably) and as the spaces where the latter circulates by means of imitation, repercussion or parody of the rhetorical forms and codes of the oratory genre: newspapers, essays, pamphlets, founding documents, etc.

            The committee invites proposals that may address – but not limited to- the following questions:

1/ The imaginary figures, symbols and models convoked in political speeches, laws, essays or newspapers of the French and American revolutions may be studied. Particular attention shall be paid to proposals allowing for a comparative perspective that will highlight the circulation of references between the two spaces (how the French Revolution reappropriates specific symbols of the American Revolution for instance) or potential similarities in the apprehension of symbols or models in both spaces. Besides the content, the question of style may also be addressed: What language(s), what style(s), what stylistic device(s) are used to express these imaginaries? What vision(s) of the ideal orator (and of the “political figure”) emerge(s) with the birth of these modern democracies? What is a representative of the people? How is this figure theorized and represented (and therefore, how is the “people” theorized and represented)? All these questions shall be addressed in the light of a striking paradox: How can one affirm inventing something new (a nation, a political regime) while using models and symbols from the past? How were those models adapted and transformed?

2/ The question of the multiplicity of eloquence should also be tackled: in contrast with the parliamentary eloquence developed in dominant political spheres, where, how and through which figures does popular and minority eloquence emerge? (the eloquence of the people versus that of the elites; the eloquence of women, of African Americans, of Native Americans, etc.)

3/ Ex post representations of public speaking in its plurality and of its diverse practitioners may also be studied: how are the great figures of both revolutionary periods (the Founding Fathers in the United States, the orators of the French Revolution, the figures of popular/minority eloquence, etc.) themselves turned into models or deterrents through their later (positive or negative) representations in literature and art until today? How do revolutions become new myths through the narratives developed around them? Here again, the comparative perspective will be favored.

Proposals in French or English (about 300 words) with a short bio should be sent before October 31, 2022 to Hélène Parent (hparent1404@gmail.com) and Augustin Habran (augustin.habran@gmail.com). Communications may be delivered in both French and English during the symposium.

 

[1] Louis de Fontanes, Éloge funèbre de Washington, prononcé dans le temple de Mars le 20 pluviôse an 8 [9 février 1800], Paris, Henri Agasse et Dupont, an VIII, p. 13.

[2] Voir par exemple Denis Lacorne, « Mémoire et amnésie : les fondateurs de la république américaine, Montesquieu et le modèle politique romain », in Revue française de science politique, N° 42-3, p. 363-374, ou encore Garry Wills, Cincinnatus : George Washington and the Enlightenment, New York, Doubleday, 1984.

[3] Voir Hélène Parent, Modernes Cicéron. La romanité des orateurs d’assemblée de la Révolution française et de l’Empire (1789-1807), thèse de doctorat soutenue à l’Université Paris Nanterre le 12 octobre 2020, 704 p.

[4] Par exemple, la Déclaration d’Indépendance, les constitutions, le Code civil, les journaux révolutionnaires, les Federalist Papers, etc.



Citer ce billet
Claire Bourhis-Mariotti (2022, 13 avril). CFP / Revolutionary Speeches, Speeches about Revolutions – Discours des révolutions, discours sur les révolutions. R E D E H J A. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/te2h

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search