Journée d’étude: La migration des personnes de couleur libres dans les Amériques et dans l’espace atlantique avant les abolitions de l’esclavage | 4 oct. 2019 | U. Chicago in Paris

International one-day conference

The Migration of Free People of Color in the Americas and the Atlantic World before the Abolition(s) of Slavery

Seynabou Thiam, Nathalie Dessens et Lawrence Aje (de gauche à droite)

Ousmane Power-Greene, Ronald A. Johnson et Claire Bourhis-Mariotti (de gauche à droite)

Céline Flory, Romy Sanchez, Nicolas Terrien et Bernard Gainot (de gauche à droite)

Cette journée d’étude visait plus particulièrement à examiner les trajectoires migratoires individuelles et collectives des personnes de couleur libres dans les Amériques et dans l’espace Atlantique avant les abolitions de l’esclavage. Tout en mettant en évidence combien la spécificité raciale et la condition juridique particulière des migrants joue un rôle déterminant dans leurs choix migratoires, cette journée d’étude ambitionnait d’analyser les raisons historiques qui motivent ces migrations et les conditions matérielles dans lesquelles elles s’effectuent. 

Cette journée d’étude, qui avait donc pour objectifs d’établir un état des lieux de la recherche sur les migrations des libres de couleur au XIXe siècle dans les Amériques et dans l’espace Atlantique avant les abolitions de l’esclavage, a été l’occasion de réunir des chercheurs spécialistes de différentes aires géographiques. Les échanges avec la salle ont été particulièrement fructueux.

Un compte-rendu de cette journée sera prochainement publié dans la revue en ligne Transatlantica, et une sélection de communications de cette journée sera paraîtra dans un numéro spécial de la Revue Française d’Etudes Américaine en 2020.

Pour voir le programme: Programme JE migration

Résumés des communications

La Nouvelle-Orléans, espace créole

Nathalie Dessens (Professeur des Universités, Cultures Anglo-Saxonnes, Université de Toulouse)

Pendant la longue décennie de la révolution haïtienne (1791-1803), plusieurs milliers de gens de couleurs libres fuirent Saint-Domingue à destination de divers refuges caribéens et états-uniens. C’est toutefois la Nouvelle-Orléans, point d’entrée et capitale de ce qui est parfois appelé « le corridor créole », qui fut le pôle d’attraction le plus fort de cette migration multiforme. La présente réflexion examine les raisons et conditions de leur installation mais aussi la façon dont, durant la première moitié du XIXe siècle, en se déplaçant dans la Caraïbe, en créant des réseaux familiaux, commerciaux et amicaux, ils participèrent au recentrement de La Nouvelle-Orléans dans un Atlantique Créole et dans une grande Caraïbe en plein essor.

 

La « maladie de la locomotion » : la mobilité des engagés africains en question (Guyane, second XIXe siècle)

Céline Flory (chargée de recherches au CNRS, UMR 8168 Mondes Américains et USR 2000 CIRESC)

De 1854 à 1857, 843 hommes et 41 femmes font le choix de quitter leur pays du littoral ouest africain pour aller travailler plusieurs années en Guyane française dans le cadre réglementé de l’engagisme. Rapidement confrontés à des conditions de vie et de travail aux antipodes de ce que les recruteurs leur avaient présenté et à la surdité des autorités coloniales à leurs réclamations, nombres de ces engagés choisissent de migrer à nouveau, dans l’illégalité cette fois, vers des territoires non français. Les proportions sont telles que le gouverneur leur attribue une maladie, celle de la « locomotion ». Si cette naturalité lui permet de dédouaner Etat et employeurs de toute responsabilité dans ces « fuites », elle révèle en creux tant la fonction première souhaitée de l’engagisme : immobiliser la main d’œuvre que son échec. Par ailleurs, cette re-migration met en exergue tout à la fois la pleine conscience qu’ont ses engagés africains de leur liberté et l’incapacité de la société guyanaise à leur reconnaître celle-ci et à être de fait post-esclavagiste.

 

Migrations and Missionaries: The Haitian Diaspora and “African” Christianity in Early America

Ronald Angelo Johnson (Associate professor of American History, Texas State University)

During the Haitian Revolution, thousands of free black people and gens du couleur from Saint-Domingue migrated to eastern U.S. cities. Catholic and Protestant communities served as as cultural conduits, facilitating the migrants’ assimilation into American society. Leaders of independent Haiti made changes to the country’s constitutions across the nineteenth century that prompted black missionaries from newly-established “African” Protestant churches to evangelize a Haitian population traditionally familiar with Catholicism and Vodou. This paper will employ black missionary reports, Haitian government policies, and immigrant correspondence to argue that black people in both countries forged a transnational Black identity through the experiences of Haitian immigrants in the United States and the black American missionaries to Haiti.

 

King Cotton’s Exiles in Trinidad: Examining the formation of an African American Diaspora in the late 1830s

Ousmane Power-Greene (Associate Professor, Clark University, Worcester, MA)

My paper examines African American emigrationism to Trinidad in the late 1830s by placing it within the context of the transnational network of abolitionists, philanthropists, and human rights advocates who challenged slavery in America and within the broader Atlantic world after British emancipation. Those who left for Trinidad joined other African Americans who, as this paper argues, formed an “African American diaspora” by settling in nations, such as Haiti, Trinidad, and Liberia, and Canada.

 

Les libres de couleurs cubains en exil et leurs liens caribéens au milieu du XIXe siècle

Romy Sánchez (CNRS-IRhis Lille)

A partir des années 1830, la Cuba espagnole exile beaucoup de ceux qui réclament plus de représentation politique pour les natifs de l’île : même les réformistes coloniaux sont inquiétés par des autorités impériales désireuses de garder l’île à la Couronne catholique. La plupart de ces proscrits ou exilés volontaires sont des créoles supposés blancs, mais une minorité d’entre eux sont des libres de couleurs. Déplacés hors de Cuba, ces individus fragilisés par la racialisation dont ils sont l’objet ne connaissent pas les mêmes parcours d’exil que les supposés blancs. Pourtant, ils tissent des liens à l’échelle caribéenne qui sont parfois lié au statut socio-racial qui leur est assigné. L’abolition dite « tardive » de l’esclavage à Cuba (1886) renforce cette spécificité de leurs migrations politiques dans les espaces caribéens et atlantiques.

 

Libres de couleur et « Masterless caribbean » (1790-1820)

Nicolas Terrien (doctorant ED 604 Sociétés, temps, territoires, Université de Nantes)

Les contours flous et mouvants du « Masterless caribbean » (Julius Scott) en ont favorisé l’usage sans qu’en soit toutefois précisé le contenu. Sous certaines plumes, tout individu d’ascendance africaine circulant dans la Caraïbe avant 1830 y est désormais assignable. En étudiant les libres de couleur engagés dans les activités interlopes et subversives associées à la « Caraïbe sans maître », cette communication entend souligner les différences sociales, d’ailleurs parfaitement perçues par les contemporains, recouvertes par une origine « raciale » commune ; et mettre en évidence les hiérarchies et contradictions internes aux différentes parties du « Masterless caribbean ».

 

La migration des loyalistes noirs, au Canada, en 1783 : un passage contrôlé ?

Seynabou Thiam (doctorante ED 31 Pratiques et théorie du sens, Université Paris 8)

Lors de la Révolution américaine, des esclaves et affranchis africains luttèrent au côté des anglais contre les patriotes. Ils obtinrent leur liberté et le statut de loyaliste par proclamation des officiels anglais. En 1783, leur migration vers les Provinces Maritimes du Canada fut recensée dans un livre, appelé, « The Book of Negroes », pour les départs de New York et se composait de tous les noms, âges, descriptions, destinations et biographies de 3000 loyalistes noirs. Quelles furent leurs conditions de passage ? Y-a-t-il eu une totale maîtrise de ce départ ? Et quelle fut leur expérience dans la mosaïque culturelle et raciale des loyalistes au Canada ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.