VIDEO: CONTRE LA TRAITE DES NOIRS : Diderot, Raynal et l’abolition de l’esclavage

Table ronde organisée par Marie-Jeanne Rossignol (UFR d’Etudes anglophones, UMR LARCA)
Lectures par Jacques Martial

Mercredi 11 décembre à 18h
Amphi Buffon
Cette soirée, sous la forme d’une “conversation intellectuelle” animée par Yannick Séité, s’articule autour de lectures d’extraits de l’Histoire des Deux Indes et du Supplément au Voyage de Bougainville par Jacques Martial.

PROGRAMME

Diderot, Raynal, Yves Bénot
Marcel Dorigny, université Paris 8 – Saint-Denis

Origines de l’esclavage à Saint-Domingue, les traitements cruels infligés aux esclaves
Frédéric Régent, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

L’inspiration des Quakers nord-américains en matière d’abolition de l’esclavage
Marie-Jeanne Rossignol, université Paris Diderot

La richesse coloniale à Paris
Allan Potofsky, université Paris Diderot

La révolution de l’émancipation, ou la Société des Amis des Noirs
Bernard Gainot, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

La Révolution haïtienne
Carolyn Fick, université de Concordia – Montréal

 

Parution de l’ouvrage “Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860”

Le REDEHJA a le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860 aux éditions Les Perséides (2013), sous la direction de Claire Bourhis-Mariotti, Bernard Gainot, Marcel Dorigny, Marie-Jeanne Rossignol et Clément Thibaud.

VisuelCouleursLa thématique développée dans cet ouvrage est la mutation paradoxale du système colonial européen hérité des « découvertes » de la fin du XVe siècle durant la période 1804-1860, avant que ne se réalisent à grande échelle les nouvelles conquêtes européennes et que ne s’ouvre une nouvelle ère « impérialiste ». Phénomène global, cette mutation a affecté les trois aires géographiques du monde atlantique, mais aussi les sociétés coloniales de l’océan Indien. La nouvelle orientation coloniale reposait sur trois postulats : abolir la traite et l’esclavage, à la fois au nom des droits de l’homme et de la recherche d’une efficacité économique maximale, dans le cadre des nouvelles conceptions de la division du travail, du salariat, de la mécanisation et des échanges internationaux ; implanter en Afrique des « établissements », agricoles et commerciaux, afin de mettre en valeur ce continent — désormais épargné par le fléau de la traite négrière — selon les normes et les méthodes de l’Europe qui se donnait dès lors la « mission de civiliser » l’Afrique en lui apportant ses Lumières ; redéfinir les relations de travail au sein même des « anciennes colonies » pour perpétuer le cadre de la monoculture extensive, en ayant recours à des contrats de location de la force de travail, ou de partage inégalitaire des produits de la récolte. Cette large perspective révèle la cohérence de cette période cruciale longtemps négligée par l’historiographie, pendant laquelle se met en place l’arsenal idéologique des colonisations futures.

Pour la partie concernant l’aire anglo-américaine, contributions de:

– Claire Bourhis-Mariotti : « L’émigration volontaire des Noirs-Américains vers Haïti dans les années 1820 : Une alternative aux projets de l’American Colonization Society »

– Eric Burin : « La loi sur la traite négrière de 1819 : Un nouveau regard sur la politique de colonisation des États-Unis vers l’Afrique et les débats sur l’esclavage au Congrès »

– Kate Hodgson: « Envisager l’avenir après l’esclavage : Voyageurs abolitionnistes dans la Caraïbe, 1833-1848 »

– Suzanne Schwarz: « D’une administration privée au contrôle de la Couronne : Expérimentation et adaptation en Sierra Leone à la fin du xviiie et au début du xixe siècle »

– Joseph Yannielli: « Géographies de l’abolition : la mission Mendi »

ISBN : 978-2-915596-96-0

Septembre 2013, 23 x 15 cm, 416 pages, 28 €

L’ouvrage est disponible à la vente notamment par le biais du site de l’éditeur : http://lesperseides.fr/nouveaute/

N’hésitez pas à communiquer ce lien aux bibliothèques et institutions (universitaires) susceptibles d’être intéressées par l’acquisition de cet ouvrage.