Programme du séminaire “Épistémologie et pratiques des Humanités numériques”

 

Sem-DH1

Le séminaire se tiendra à l’Institut Historique Allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris, Métro Saint Paul ou Chemin Vert.
Inscriptions : event[at]dhi-paris.fr
Toutes les séances ont lieu de 10h à 12h.


 

15 janvier 2016: Table ronde inaugurale: Aurélien Berra (EHESS), Anne Baillot (Uni. Humboldt, Berlin), Anne Rochebouet (UVSQ)

19 février 2016: Séance Patrimoine(s):
Nicolas Maître (HERDANZA): “Patrimoine et numérique : une approche innovante au service des publics”

Forte de son expérience et de la pluridisciplinarité de ses créateurs, la société Herdanza a voulu mettre au service du public les outils numériques actuels dans le domaine de la médiation culturelle.
Dialogue avec les institutions et sensibilisation auprès du public sont les clefs d’une médiation réussie où le numérique prend tout son sens.
Perception et reception, mise en oeuvre et contraintes techniques seront à l’ordre du jour pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ces nouveaux outils du domaine culturel.

 

Davide Gherdevich (UVSQ) “Le projet Polima et le site polimawiki : un site contributif pour l’étude des listes au Moyen Âge”  Continue reading

3ème journée humanités numériques (vendredi 10 avril 2015)

Projets d’Histoire Numérique

3ème Journée d’étude autour des Humanités Numériques

programme_v2

Avec le soutien de « Transferts critiques » EA 1569 (Université Paris 8), du Dypac (UVSQ), du LARCA, UMR 8225 (Paris Diderot) et du REDEHJA

Organisation : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8), Clémence Folléa (Université Paris Diderot), & Lauric Henneton (UVSQ).

Contact cbourhis-mariotti@univ-paris8.fr

Vendredi 10 avril 2015, 9h-12h30, Université Paris Diderot

Grands Moulins de Paris, salle Pierre Albouy, 685C

Accès par le 10 esplanade Pierre Vidal-Naquet (75013 Paris)

6ème étage, escalier C

 

9h – Accueil & café

 

9h15-09h30 – Introduction de la journée, par Mélanie Torrent (Université Paris Diderot)

 

Présidence de séance & modération: Yves Abrioux (Université Paris 8)

 

09h30: Alyssa Reichardt (Yale University)

“Mapping Sovereignty in Early America: Deconstructing the Imperial Map and Reconstructing Indigenous Space with GIS” 

 

10h20: Joanne van der Woude & Mark Thompson (Université de Groningen)

“Amerigo: Atlantic History meets Dutch Heritage through Digital Humanities”

 

11h10 pause café

 

11h30: Table ronde : « The Uses and Impact of Digital Humanities: Visualization, Heritage, Outreach »

Modération: Lauric Henneton (UVSQ) et Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8).

Intervenants : Yves Abrioux (Paris 8), Suzanne Dumouchel (Institut historique allemand de Paris), Alyssa Reichardt (Yale University), Mark Thompson (Université de Groningen), Joanne Van der Woude (Université de Groningen). 

Programme – La géopolitique religieuse dans le monde moderne (1500-1800)

spigeoposterLa géopolitique religieuse dans le monde moderne
(1500-1800)

The Spiritual Geopolitics of the Early Modern World
(1500-1800)

Château de Vincennes, France

Colloque organisé par et avec le soutien du Service historique de la Défense (SHD), de la Division de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives (DMPA) du Ministère de la Défense, du Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA, Nantes), du Labex EHNE, du Réseau pour de Développement européen de l’histoire de la jeune Amérique (REDEHJA) et de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines.

ICI/HERE: Textes des communications – Precirculated papers (participants only)

IMPORTANT: Pour des raisons de sécurité, merci de vous munir d’un document d’identité. L’entrée se fera par la Tour des Salves et non l’entrée principale. Voir le plan en bas de ce billet.

Vendredi 13 mars / Friday 13 March 2015

9h20 Accueil et ouverture du colloque / Welcome and opening of the conference
Général VINCENT LEROI, Chef du Service historique de la Défense

9h45 – Géopolitique religieuse en Nouvelle France / Spiritual Geopolitics in New France
Chair/président : LAURENT VEYSSIERE (DMPA, Ministère de la Défense, France)
– LESLIE CHOQUETTE (Assumption College, Etats-Unis), La géopolitique religieuse en Nouvelle-France, des vaines tentatives à la Conquête (1541-1760).
– MAIRI COWAN (Toronto, Canada), Les démons aux frontières du catholicisme en Nouvelle-France au XVIIe siècle.
– YANN LIGNEREUX (Nantes, France), Gannentaha, une mission périlleuse ou le péril colonial jésuite dans la France de Louis XIV (1655-1665).
– HELEN DEWAR (Toronto, Canada), A Crisis of Sovereignty? Subjecthood and the Changing Role of Missionaries in French Atlantic Colonial Projects.
– GAYLE BRUNELLE (California State University, Fullerton, Etats-Unis), Ambassadors and Administrators: The Role of Clerics in Early French Colonies in Guiana.

12h30 Déjeuner / lunch

14h30 – Millénarisme et Géopolitique / Millenialism and Geopolitics
Chair/président : DAVID L. SMITH (Selwyn College, Cambridge, U.K.)
– LIONEL LABORIE (University of London), Politics of the Latter Days in Early Eighteenth-Century Europe.
– JESSICA VANCE ROITMAN (Univ. Leiden, Pays-Bas), Economics, Empire, Eschatology: The Spiritual Geo-politics of Jewish Settlement in the Americas, 1650-1670.
– CSABA LEVAI (Univ. Debrecen, Hongrie), The Possibility of the Extension and Relocation of the Sacred Space: Millennial History in 16-17th Century England, New England and Hungary.

Pause café / coffee break

16h15 – La Guerre de trente ans / The Thirty Years War
Chair/président : SUSANNE LACHENICHT (Universität Bayreuth, Allemagne)
– LENA OETZEL (Salzbourg, Autriche, et Bonn, Allemagne), Talking about Religion – Talking Religiously. Maximilian of Trauttmansdorff’s Use of Religious Language at the Peace Congress of Westphalia.
– CAMILLE DESENCLOS (Université de Haute-Alsace, France), Politique catholique ou politique pragmatique? La politique étrangère de la France au début de la guerre de Trente Ans.
– JULIEN REGIBEAU (Université de Liège, Belgique), Étude d’une stratégie diplomatique : l’internonce Antonio Bichi et l’absolution de Charles IV de Lorraine (1645).

Samedi 14 mars / Saturday 14 March 2015

10h00 – Géopolitique des ordres catholiques / Geopolitics of the Catholic Orders

Chair/président : YANN LIGNEREUX (Université de Nantes)
– JOSÉ MIGUEL ESCRIBANO PÁEZ, Negotiate with the Infidel. Imperial expansion and informal diplomacy in the Maghreb (1492-1511).
– TOBIAS WINNERLING (Düsseldorf, Allemagne), A Kingdom of Heaven. The Spiritual Empire of the Society of Jesus.
– STEFAN HALIKOWSKI-SMITH (Swansea, Royaume-Uni), ‘The establishment of the Christian religion absolutely depends on the benefits from the Royal Company’s commerce’. The priest-diplomat Guy Tachard S.J.’s third and fourth voyages to the Indies.
– HELENE VU THANH (Univ. Bretagne Sud, France), Le rôle des franciscains dans l’établissement des relations diplomatiques entre les Philippines et le Japon: une géopolitique religieuse à l’échelle du Pacifique ? (XVIe-XVIIe siècles).

12h30 – Déjeuner / lunch

14h30 – L’Atlantique protestant / The Protestant Atlantic
Chair/président : LAURIC HENNETON (Université de Versailles Saint-Quentin)
– DAVID L. SMITH (Selwyn College, Cambridge University), The Western Design and the spiritual geopolitics of Cromwellian foreign policy.
– KATE CARTE ENGEL (Southern Methodist University), Social Networks of International Protestantism.
– DANIEL H. ROBINSON (Cambridge University), American Political Culture and the Limits of Spiritual Geopolitics, c.1739 – 1763.
– JAMES WILLIAMS (National Churchill Museum, Westminster College, Fulton, Missouri, Etats-Unis), The Spiritual Geopolitics of Dutch Colonization: Using Religion for Strategic Advantage.
– ANNE-CLAIRE FAUCQUEZ (Univ. Paris-II Assas), Anglicisation et anglicanisation de la colonie de New York au tournant du XVIIIe siècle.

17h00 – Conclusion, fin du colloque.

 

Comité scientifique / Scientific committee:
Lauric Henneton (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines),
Susanne Lachenicht (Université de Bayreuth, Allemagne),
Yann Lignereux (Université de Nantes, CRHIA, France)
Owen Stanwood (Boston College, Etats-Unis)
Laurent Veyssière (DMPA, Ministère de la Défense, France)
André Rakoto (Service Historique de la Défense, France)

Acces-SHD

2e journée humanités numériques (17 octobre 2014) – “Projets d’histoire numérique”

NOUVEAU: Programme: “Projets d’histoire numérique”

Lieu: Université de Paris Diderot (Bâtiment Olympe de Gouges, salle 133) – voir le Plan_Campus PRG

Comité d’organisation: Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8), Lauric Henneton (Université Versailles Saint Quentin), Monica Henry (Université Paris Est Créteil)

9h30 – Accueil, café
10h-10h40 – Joseph Yannielli (Wesleyan University) “The Runaway Class: Research and Teaching with Digital History”
10h40-11h – Discussion

11h-11h20 – Pause café

11h20-12h – Constance B. Schulz (University of South Carolina) “Pouring Old Editorial Wine into New Digital Bottles”
12h-12h20 – Discussion
12h20-12h30 – Conclusions

Cette journée d’étude fait suite à la première journée d’étude sur les humanités numériques organisée le 20 juin 2014 (voir http://redehja.hypotheses.org/237), en mettant cette fois l’accent sur les expériences pédagogiques et scientifiques concrètement mises en place aux États-Unis.

Nous recevrons tout d’abord le Dr. Joseph Yannielli, un collègue américain, actuellement Visiting Assistant Professor (College of Letters, Wesleyan University), qui viendra nous parler de la création du site internet Slavery & Abolition Portal, qu’il a mis en place pour l’Université de Yale, ainsi que de History Leaks, et enfin du cours Digital Humanities qu’il assure à la Wesleyan. Joseph Yannielli nous fera donc profiter de son expertise à la fois sur le plan pédagogique et sur le plan scientifique, dans le cadre d’une journée pensée pour les doctorants comme pour les enseignants-chercheurs civilisationnistes.

Abstract:

In the Spring of 2014, students at Wesleyan University in the United States participated in a course entitled Digital History. One of a small number of such courses offered at the undergraduate level, it is the only course of its kind to require students to conceive, produce, and market an original historical website in a matter of weeks. What lessons can be learned from this experiment? Drawing on my previous experience working on projects such as the Slavery and Abolition Portal and History Leaks, this presentation will discuss the intersection of pedagogy and practice in the emerging field of the Digital Humanities.

Nous recevrons également Dr. Constance B. Schulz, Distinguished Professor Emeritus, Department of History, Editor,The Papers of Eliza Lucas Pinckney and Harriott Pinckney Horry (Univ. of Virginia Press, 2012) and The Pinckney Revolutionary Era Statesmen (both NEH-supported “born digital” scholarly editions) University of South Carolina.

Abstract: “Pouring Old Editorial Wine into New Digital Bottles”

As historians and other humanities scholars explore the ways in which digital tools can enable them to expand their scholarship in new directions, using the computer’s ability to combine and rearrange large amounts of data at lightning speeds, on underlying issue that has not always been addressed is how long-established standards for that scholarship can be adapted to new processes. The “born digital” scholarly edition of The Papers of Eliza Pinckney and Harriott Pinckney Horry was created using DocTracker, a sophisticated data base designed to incorporate the modern standards of the scholarly editing community while opening up the edited texts to allow editors and end-users to ask new questions of the content. This talk will review briefly what those modern scholarly editing standards are and why they are important to scholars who use the resulting editions. The address will then use the two Pinckney editions Schulz has directed to show how the DocTracker editing system has made applying those standards more efficient, led to the creation of strong TEI-compliant XML output, and created editions that expand the insights possible for scholars using them to extract.

 

PROGRAMME: Le tournant numérique appliqué à l’histoire atlantique et américaine: enjeux, potentialités, contraintes et limites

dig humUniversité Paris Diderot
salle Pierre Albouy 685C
Grands Moulins,
6ème étage, escalier C
10, esplanade Pierre Vidal-Naquet,
75013 PARIS

Métro/RER Bibliothèque François Mitterrand

 

Vendredi 20 juin 2014

9h30 – Accueil & café

10h-10h30 – « Les enjeux épistémologiques du recours aux humanités numériques en histoire », Lauric Henneton, UVSQ

10h30-12h – Atelier 1 : Présentation d’outils numériques (Zotero, Evernote, Inkscape, Google Maps, Gephi, Mallet…)
Modérateurs : Lauric Henneton, UVSQ & Clément Martin, Paris Diderot
Intervenants : Emmanuelle Pérez, EHESS & Maxime Gennaoui, ENS Lyon

12h-13h30 – Pause déjeuner

13h30-13h45 – Accueil de l’après-midi

13h45-15h – Atelier 2 : Présentation de projets en cours et de réalisations en Digital history
Modérateur : Clément Martin, Paris Diderot
Intervenants : Emmanuelle Perez, EHESS & Matthieu Renault, Paris 13

15h-15h15 – pause-café

15h15-16h – Atelier 3: Les enjeux didactiques: l’enseignement des Digital Humanities les universités françaises et américaines

Modérateur: Claire Bourhis-Mariotti, Cergy-Pontoise/Paris Diderot

Intervenants: Deborah Jenson, Duke University & David Bell III, Duke University

16h – Conclusions & présentation de la seconde journée d’étude autour des humanités numériques du 17 octobre 2014, par Lauric Henneton, Claire Bourhis-Mariotti & Monica Henry, UPEC.

 

Le tournant numérique appliqué à l’histoire atlantique et américaine: enjeux, potentialités, contraintes et limites

dig humLe tournant numérique appliqué à l’histoire atlantique et américaine: enjeux, potentialités, contraintes et limites.

Vendredi 20 juin 2014, Université Paris Diderot, salle des thèses, horaires à préciser

Sur son compte Twitter, l’historien de Harvard David Armitage se présente comme un “historien analogique dans un monde numérique”. Le commun des historiens/civilisationnistes, qu’il soit directeur de recherches ou doctorant, peut-il se permettre une telle posture?

À l’heure où nombre de séminaires, articles et numéros spéciaux de revues sont consacrés aux humanités numériques en histoire, il nous a semblé indiqué de porter la réflexion épistémologique sur les champs de recherches explorés au sein du REDEHJA (jeune Amérique et espace atlantique, 1607-1865).

Partant du postulat que les outils sont bel et bien utiles, cette journée entend poser la question de savoir s’ils sont pour autant devenus indispensables. Ainsi, le terme de “tournant numérique” est-il justifié ou exagéré? Un doctorant pourra-t-il rivaliser sur le marché de l’emploi sans accès à des bases de données payantes comme JSTOR, EEBO/ECCO ou encore READEX? Que gagne-t-on à utiliser des outils comme Zotero, Evernote ou Twitter? À quels types d’enquêtes s’adressent des outils comme les SIG, le topic modeling, le text mining? Quel est le rapport coût/bénéfice de l’apprentissage de ces outils? Faut-il désormais concevoir un sujet en pensant aux usages/outils numériques? Quelle est la responsabilité des directeurs de recherches vis-à-vis de leurs étudiants dans ce nouvel environnement?

Les échanges se concentreront sur la période et les thématiques des chercheurs du REDEHJA (1607-1865) mais sans exclusive. Que pouvons-nous en effet tirer de l’expérience d’historiens travaillant sur d’autres champs et d’autres périodes? Qu’avons-nous à apprendre des pratiques et des réalisations mettant à profit les outils des “humanités numériques”?

La journée se structurera autour de quatre ateliers thématiques, qui laisseront la part belle aux échanges. Les participants, qu’ils soient membres du REDEHJA ou non, qu’ils soient américanistes ou non, sont invités à apporter leurs témoignages et faire part de leur expérience pour enrichir la réflexion.

* Atelier 1 (Lauric Henneton): Les enjeux épistémologiques du recours aux humanités numériques en histoire 

* Atelier 2 (Lauric Henneton et Clément Martin): Présentation d’outils numériques (Zotero, Evernote, Inkscape, Google Map Engine, Palladio…)

* Atelier 3 (Clément Martin): Présentation de projets en cours et de réalisations en “Digital history” (topic modelling, cartographie sémantique, SIG)

* Atelier 4 (Claire Bourhis-Mariotti): Les enjeux didactiques: l’enseignement des “Digital Humanities” dans les universités françaises et américaines

 

Dans un souci d’organisation optimale, les collègues qui souhaiteraient faire partager leur expérience à l’occasion de l’un de ces ateliers sont vivement encouragés à contacter rapidement les responsables d’ateliers.

Contacts:

Claire Bourhis-Mariotti, LARCA (UMR 8225) / Université de Cergy Pontoise (claire.bourhis-mariotti@u-cergy.fr)

Lauric Henneton, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (lauric.henneton@uvsq.fr)

Clément Martin, Université Paris Diderot (clemm.martin@gmail.com)

6 avril 2012 | Conférence | Owen Stanwood (Boston College)

6 avril 2012

Conférence d’Owen Stanwood (Boston College), Institut des Amériques (Espace A. de Tocqueville), 15h00-17h00

“Refugees in an Age of Projects: Rethinking Huguenots in Colonial America.”

 

Owen Stanwood est l’auteur de The Empire Reformed: English America in the Age of the Glorious Revolution (University of Pennsylvania Press, 2011)

Organisé par Lauric Henneton

Activités 2010

9-11 décembre 2010

3e colloque EEASA 

Looking back: The Past, History, and History Writing in Early America and the Atlantic World

Institut Charles V, 10 rue Charles V, 75004 Paris – Program

Coorganisation: Université Paris 7 Denis Diderot / LARCA et Université de Versailles Saint Quentin / Suds d’Amériques.

Avec le soutien de l’Institut des Amériques

The third EEASA conference (Paris, December 2010) invited scholars of early American history and the Atlantic world to reflect on the role of the “past” within the time frame, 1607-1865. These two and a half centuries were often constructed by contemporaries not only through a teleological, progressive or providentially-motivated perspective, but also in a retrospective mode. The urge to revolve, to have a “revolution” in its original sense of an eternal return to a distant past – the past embodied by a “purer” America, Europe or Africa – was transformed into idealized beginnings, especially in times of crisis and uncertainty. These moments include the late seventeenth-century Puritan world as expressed through the jeremiad or the invocation of the “spirit of 76” in the later years of the early republic, as well as by the independence movements in Latin America. For American radicals looking to France, “the spirit of 1789” was an inspiration when it was feared that the original meaning of the new United States might have been forgotten. Examples also extend to the idea of “the noble savage” for Europeans “imagining” Native Americans, and the idea of an indigenous Afro-Caribbean culture that early Haitian historians posited in seeking the origins of their Revolution.

These are only a few instances of the roles played by the multiple pasts that made up early American and Atlantic history. They are notably reflected in the current interest in commemoration, memory or nostalgia studies and can be looked at through the history of emotions as well as of material culture, or in the tracing of intellectual and political transfers in their transatlantic as well as trans-American dimensions. From a more theoretical standpoint, this wide-ranging topic may lead to philosophical reflections on changing conceptions of history and relationship to time in the formative years, from early providentialism to a need for a common history in the process of post-revolutionary nation-building in the first half of the nineteenth century. More generally, this topic offers a platform for broader historiographical considerations on our practice as historians of early American history and the Atlantic world.

 

4 juin 2010

Journée « Publications récentes »

Organisée par l’Université Paris 12, équipe CIMMA/IMAGER, et l’Université Paris-Diderot, équipe LARCA.

Avec la participation de Robert Sayre (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), Pascale Smorag (Université de Franche-Comté), Lauric Henneton (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Pierre-Marie Loizeau (Université d’Angers), Allan Potofsky (Université Paris-Diderot). Organisation: Marie-Jeanne Rossignol et Monica Henry

Programme complet (PDF)

 

 

 

 

 

 

15-16 avril 2010

Atlantic Commerce and Revolutions, 1750-1815: tragedy or opportunity?
Organisé par l’Université Paris-Diderot (équipe LARCA), l’European Early American Studies Association (EEASA), l’AHRC-Network, Projet ANR MARPROF, le CENA-EHESS, et en partenariat avec le Redehja.

Avec la participation de Robert Duplessis (Swarthmore College), Albane Forestier (London School of Economics), Simon Middleton (University of Sheffield), Steven Sarson (University of Wales), Pernille Roge (University of Cambridge), Bertie Mandelblatt (Université de Montréal), Trevor Burnard (University of Warwick). Contact: allan.potofsky@univ-paris-diderot.fr

 

19 mars 2010
Conférence Susanne Lachenicht (U. Bayreuth, Allemagne), ‘Intercultural contacts in Atlantic port cities: London, New York, Bordeaux, Hamburg’
Institut Charles V, 17h00 – 19h00

 

5-6 février 2010
« The Federalist Papers: Enjeux politiques, historiques et théoriques », journée organisée par l’Université Sorbonne-Nouvelle et l’Université Paris-Diderot.
Avec la participation de Peter Onuf (University of Virginia), Max Edling (Uppsala Universitet, online paper), David Mongoin (Université Paris 2), Annie Léchenet (Université Lyon I – online paper), Nathan Perl-Rosenthal (Columbia University, online paper), Paul Rahe (Hillsdale College, online paper), Lucia Bergamasco (Université d’Orléans).

Lieux: 5 février, à l’Institut du Monde anglophone, Grand amphi, 5 rue de l’Ecole de Médecine/ 6 février : Institut Charles V, adresse, salle A 50