Programme du séminaire “Épistémologie et pratiques des Humanités numériques”

 

Sem-DH1

Le séminaire se tiendra à l’Institut Historique Allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris, Métro Saint Paul ou Chemin Vert.
Inscriptions : event[at]dhi-paris.fr
Toutes les séances ont lieu de 10h à 12h.


 

15 janvier 2016: Table ronde inaugurale: Aurélien Berra (EHESS), Anne Baillot (Uni. Humboldt, Berlin), Anne Rochebouet (UVSQ)

19 février 2016: Séance Patrimoine(s):
Nicolas Maître (HERDANZA): “Patrimoine et numérique : une approche innovante au service des publics”

Forte de son expérience et de la pluridisciplinarité de ses créateurs, la société Herdanza a voulu mettre au service du public les outils numériques actuels dans le domaine de la médiation culturelle.
Dialogue avec les institutions et sensibilisation auprès du public sont les clefs d’une médiation réussie où le numérique prend tout son sens.
Perception et reception, mise en oeuvre et contraintes techniques seront à l’ordre du jour pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ces nouveaux outils du domaine culturel.

 

Davide Gherdevich (UVSQ) “Le projet Polima et le site polimawiki : un site contributif pour l’étude des listes au Moyen Âge”  Continue reading

colloque 18-19 juin 2015: La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens empires / Historians and the Margins: from North America to Former Empires

La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens empires 

Historians and the Margins: from North America to Former Empires

 

affiche_colloque_margeHistoriensUniversité Paris 13 – 18-19 juin 2015/University Paris 13 – June 18-19, 2015

 

Institut Galilée, amphithéâtre Darwin

 

As part of the project “Writing History from the Margins”/Dans le cadre du projet « Écrire l’histoire depuis les marges » – EHDLM, Sorbonne Paris Cité : http://hdlm.hypotheses.org/

 

Thursday 18 June 2015 – Jeudi 18 juin 2015

Morning session/Matinée

9:00       Registration and welcome coffee/Accueil et café

9:30       Opening address/Discours de bienvenue : Michel Molin (directeur de l’UFR LLSHS, Université Paris 13), Françoise Palleau-Papin (directrice adjointe de Pléiade, EA 7338, Université Paris 13) Continue reading

3ème journée humanités numériques (vendredi 10 avril 2015)

Projets d’Histoire Numérique

3ème Journée d’étude autour des Humanités Numériques

programme_v2

Avec le soutien de « Transferts critiques » EA 1569 (Université Paris 8), du Dypac (UVSQ), du LARCA, UMR 8225 (Paris Diderot) et du REDEHJA

Organisation : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8), Clémence Folléa (Université Paris Diderot), & Lauric Henneton (UVSQ).

Contact cbourhis-mariotti@univ-paris8.fr

Vendredi 10 avril 2015, 9h-12h30, Université Paris Diderot

Grands Moulins de Paris, salle Pierre Albouy, 685C

Accès par le 10 esplanade Pierre Vidal-Naquet (75013 Paris)

6ème étage, escalier C

 

9h – Accueil & café

 

9h15-09h30 – Introduction de la journée, par Mélanie Torrent (Université Paris Diderot)

 

Présidence de séance & modération: Yves Abrioux (Université Paris 8)

 

09h30: Alyssa Reichardt (Yale University)

“Mapping Sovereignty in Early America: Deconstructing the Imperial Map and Reconstructing Indigenous Space with GIS” 

 

10h20: Joanne van der Woude & Mark Thompson (Université de Groningen)

“Amerigo: Atlantic History meets Dutch Heritage through Digital Humanities”

 

11h10 pause café

 

11h30: Table ronde : « The Uses and Impact of Digital Humanities: Visualization, Heritage, Outreach »

Modération: Lauric Henneton (UVSQ) et Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8).

Intervenants : Yves Abrioux (Paris 8), Suzanne Dumouchel (Institut historique allemand de Paris), Alyssa Reichardt (Yale University), Mark Thompson (Université de Groningen), Joanne Van der Woude (Université de Groningen). 

2e journée humanités numériques (17 octobre 2014) – “Projets d’histoire numérique”

NOUVEAU: Programme: “Projets d’histoire numérique”

Lieu: Université de Paris Diderot (Bâtiment Olympe de Gouges, salle 133) – voir le Plan_Campus PRG

Comité d’organisation: Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8), Lauric Henneton (Université Versailles Saint Quentin), Monica Henry (Université Paris Est Créteil)

9h30 – Accueil, café
10h-10h40 – Joseph Yannielli (Wesleyan University) “The Runaway Class: Research and Teaching with Digital History”
10h40-11h – Discussion

11h-11h20 – Pause café

11h20-12h – Constance B. Schulz (University of South Carolina) “Pouring Old Editorial Wine into New Digital Bottles”
12h-12h20 – Discussion
12h20-12h30 – Conclusions

Cette journée d’étude fait suite à la première journée d’étude sur les humanités numériques organisée le 20 juin 2014 (voir http://redehja.hypotheses.org/237), en mettant cette fois l’accent sur les expériences pédagogiques et scientifiques concrètement mises en place aux États-Unis.

Nous recevrons tout d’abord le Dr. Joseph Yannielli, un collègue américain, actuellement Visiting Assistant Professor (College of Letters, Wesleyan University), qui viendra nous parler de la création du site internet Slavery & Abolition Portal, qu’il a mis en place pour l’Université de Yale, ainsi que de History Leaks, et enfin du cours Digital Humanities qu’il assure à la Wesleyan. Joseph Yannielli nous fera donc profiter de son expertise à la fois sur le plan pédagogique et sur le plan scientifique, dans le cadre d’une journée pensée pour les doctorants comme pour les enseignants-chercheurs civilisationnistes.

Abstract:

In the Spring of 2014, students at Wesleyan University in the United States participated in a course entitled Digital History. One of a small number of such courses offered at the undergraduate level, it is the only course of its kind to require students to conceive, produce, and market an original historical website in a matter of weeks. What lessons can be learned from this experiment? Drawing on my previous experience working on projects such as the Slavery and Abolition Portal and History Leaks, this presentation will discuss the intersection of pedagogy and practice in the emerging field of the Digital Humanities.

Nous recevrons également Dr. Constance B. Schulz, Distinguished Professor Emeritus, Department of History, Editor,The Papers of Eliza Lucas Pinckney and Harriott Pinckney Horry (Univ. of Virginia Press, 2012) and The Pinckney Revolutionary Era Statesmen (both NEH-supported “born digital” scholarly editions) University of South Carolina.

Abstract: “Pouring Old Editorial Wine into New Digital Bottles”

As historians and other humanities scholars explore the ways in which digital tools can enable them to expand their scholarship in new directions, using the computer’s ability to combine and rearrange large amounts of data at lightning speeds, on underlying issue that has not always been addressed is how long-established standards for that scholarship can be adapted to new processes. The “born digital” scholarly edition of The Papers of Eliza Pinckney and Harriott Pinckney Horry was created using DocTracker, a sophisticated data base designed to incorporate the modern standards of the scholarly editing community while opening up the edited texts to allow editors and end-users to ask new questions of the content. This talk will review briefly what those modern scholarly editing standards are and why they are important to scholars who use the resulting editions. The address will then use the two Pinckney editions Schulz has directed to show how the DocTracker editing system has made applying those standards more efficient, led to the creation of strong TEI-compliant XML output, and created editions that expand the insights possible for scholars using them to extract.

 

PROGRAMME: Le tournant numérique appliqué à l’histoire atlantique et américaine: enjeux, potentialités, contraintes et limites

dig humUniversité Paris Diderot
salle Pierre Albouy 685C
Grands Moulins,
6ème étage, escalier C
10, esplanade Pierre Vidal-Naquet,
75013 PARIS

Métro/RER Bibliothèque François Mitterrand

 

Vendredi 20 juin 2014

9h30 – Accueil & café

10h-10h30 – « Les enjeux épistémologiques du recours aux humanités numériques en histoire », Lauric Henneton, UVSQ

10h30-12h – Atelier 1 : Présentation d’outils numériques (Zotero, Evernote, Inkscape, Google Maps, Gephi, Mallet…)
Modérateurs : Lauric Henneton, UVSQ & Clément Martin, Paris Diderot
Intervenants : Emmanuelle Pérez, EHESS & Maxime Gennaoui, ENS Lyon

12h-13h30 – Pause déjeuner

13h30-13h45 – Accueil de l’après-midi

13h45-15h – Atelier 2 : Présentation de projets en cours et de réalisations en Digital history
Modérateur : Clément Martin, Paris Diderot
Intervenants : Emmanuelle Perez, EHESS & Matthieu Renault, Paris 13

15h-15h15 – pause-café

15h15-16h – Atelier 3: Les enjeux didactiques: l’enseignement des Digital Humanities les universités françaises et américaines

Modérateur: Claire Bourhis-Mariotti, Cergy-Pontoise/Paris Diderot

Intervenants: Deborah Jenson, Duke University & David Bell III, Duke University

16h – Conclusions & présentation de la seconde journée d’étude autour des humanités numériques du 17 octobre 2014, par Lauric Henneton, Claire Bourhis-Mariotti & Monica Henry, UPEC.

 

Le tournant numérique appliqué à l’histoire atlantique et américaine: enjeux, potentialités, contraintes et limites

dig humLe tournant numérique appliqué à l’histoire atlantique et américaine: enjeux, potentialités, contraintes et limites.

Vendredi 20 juin 2014, Université Paris Diderot, salle des thèses, horaires à préciser

Sur son compte Twitter, l’historien de Harvard David Armitage se présente comme un “historien analogique dans un monde numérique”. Le commun des historiens/civilisationnistes, qu’il soit directeur de recherches ou doctorant, peut-il se permettre une telle posture?

À l’heure où nombre de séminaires, articles et numéros spéciaux de revues sont consacrés aux humanités numériques en histoire, il nous a semblé indiqué de porter la réflexion épistémologique sur les champs de recherches explorés au sein du REDEHJA (jeune Amérique et espace atlantique, 1607-1865).

Partant du postulat que les outils sont bel et bien utiles, cette journée entend poser la question de savoir s’ils sont pour autant devenus indispensables. Ainsi, le terme de “tournant numérique” est-il justifié ou exagéré? Un doctorant pourra-t-il rivaliser sur le marché de l’emploi sans accès à des bases de données payantes comme JSTOR, EEBO/ECCO ou encore READEX? Que gagne-t-on à utiliser des outils comme Zotero, Evernote ou Twitter? À quels types d’enquêtes s’adressent des outils comme les SIG, le topic modeling, le text mining? Quel est le rapport coût/bénéfice de l’apprentissage de ces outils? Faut-il désormais concevoir un sujet en pensant aux usages/outils numériques? Quelle est la responsabilité des directeurs de recherches vis-à-vis de leurs étudiants dans ce nouvel environnement?

Les échanges se concentreront sur la période et les thématiques des chercheurs du REDEHJA (1607-1865) mais sans exclusive. Que pouvons-nous en effet tirer de l’expérience d’historiens travaillant sur d’autres champs et d’autres périodes? Qu’avons-nous à apprendre des pratiques et des réalisations mettant à profit les outils des “humanités numériques”?

La journée se structurera autour de quatre ateliers thématiques, qui laisseront la part belle aux échanges. Les participants, qu’ils soient membres du REDEHJA ou non, qu’ils soient américanistes ou non, sont invités à apporter leurs témoignages et faire part de leur expérience pour enrichir la réflexion.

* Atelier 1 (Lauric Henneton): Les enjeux épistémologiques du recours aux humanités numériques en histoire 

* Atelier 2 (Lauric Henneton et Clément Martin): Présentation d’outils numériques (Zotero, Evernote, Inkscape, Google Map Engine, Palladio…)

* Atelier 3 (Clément Martin): Présentation de projets en cours et de réalisations en “Digital history” (topic modelling, cartographie sémantique, SIG)

* Atelier 4 (Claire Bourhis-Mariotti): Les enjeux didactiques: l’enseignement des “Digital Humanities” dans les universités françaises et américaines

 

Dans un souci d’organisation optimale, les collègues qui souhaiteraient faire partager leur expérience à l’occasion de l’un de ces ateliers sont vivement encouragés à contacter rapidement les responsables d’ateliers.

Contacts:

Claire Bourhis-Mariotti, LARCA (UMR 8225) / Université de Cergy Pontoise (claire.bourhis-mariotti@u-cergy.fr)

Lauric Henneton, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (lauric.henneton@uvsq.fr)

Clément Martin, Université Paris Diderot (clemm.martin@gmail.com)

Parution de l’ouvrage “Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860”

Le REDEHJA a le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860 aux éditions Les Perséides (2013), sous la direction de Claire Bourhis-Mariotti, Bernard Gainot, Marcel Dorigny, Marie-Jeanne Rossignol et Clément Thibaud.

VisuelCouleursLa thématique développée dans cet ouvrage est la mutation paradoxale du système colonial européen hérité des « découvertes » de la fin du XVe siècle durant la période 1804-1860, avant que ne se réalisent à grande échelle les nouvelles conquêtes européennes et que ne s’ouvre une nouvelle ère « impérialiste ». Phénomène global, cette mutation a affecté les trois aires géographiques du monde atlantique, mais aussi les sociétés coloniales de l’océan Indien. La nouvelle orientation coloniale reposait sur trois postulats : abolir la traite et l’esclavage, à la fois au nom des droits de l’homme et de la recherche d’une efficacité économique maximale, dans le cadre des nouvelles conceptions de la division du travail, du salariat, de la mécanisation et des échanges internationaux ; implanter en Afrique des « établissements », agricoles et commerciaux, afin de mettre en valeur ce continent — désormais épargné par le fléau de la traite négrière — selon les normes et les méthodes de l’Europe qui se donnait dès lors la « mission de civiliser » l’Afrique en lui apportant ses Lumières ; redéfinir les relations de travail au sein même des « anciennes colonies » pour perpétuer le cadre de la monoculture extensive, en ayant recours à des contrats de location de la force de travail, ou de partage inégalitaire des produits de la récolte. Cette large perspective révèle la cohérence de cette période cruciale longtemps négligée par l’historiographie, pendant laquelle se met en place l’arsenal idéologique des colonisations futures.

Pour la partie concernant l’aire anglo-américaine, contributions de:

– Claire Bourhis-Mariotti : « L’émigration volontaire des Noirs-Américains vers Haïti dans les années 1820 : Une alternative aux projets de l’American Colonization Society »

– Eric Burin : « La loi sur la traite négrière de 1819 : Un nouveau regard sur la politique de colonisation des États-Unis vers l’Afrique et les débats sur l’esclavage au Congrès »

– Kate Hodgson: « Envisager l’avenir après l’esclavage : Voyageurs abolitionnistes dans la Caraïbe, 1833-1848 »

– Suzanne Schwarz: « D’une administration privée au contrôle de la Couronne : Expérimentation et adaptation en Sierra Leone à la fin du xviiie et au début du xixe siècle »

– Joseph Yannielli: « Géographies de l’abolition : la mission Mendi »

ISBN : 978-2-915596-96-0

Septembre 2013, 23 x 15 cm, 416 pages, 28 €

L’ouvrage est disponible à la vente notamment par le biais du site de l’éditeur : http://lesperseides.fr/nouveaute/

N’hésitez pas à communiquer ce lien aux bibliothèques et institutions (universitaires) susceptibles d’être intéressées par l’acquisition de cet ouvrage.

CFP: Black Historians and the Writing of History in the 19th and early 20th centuries: What Legacy?

As part of the project EHDLM (Writing History from the Margins) funded by the PRES Sorbonne Paris Cité, a conference will be held in Paris, University Paris Diderot, June 12-14 2014, on

 

Black Historians and the Writing of History in the 19th and early 20th centuries: What Legacy?

woodson williams dubois

Organizers: Marie-Jeanne Rossignol, Claire Bourhis-Mariotti, Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Parfait, Mathieu Renault

Scientific committee: Ira Berlin (University of Maryland, College Park), Myriam Cottias (CNRS, CIRESC), Elisabeth Cunin (IRD, CNRS), Pap N’Diaye (Sciences Po), Martha Jones (Michigan), Jean-Paul Lallemand (EHESS, CENA)

Abstracts: 300 words + one-page CV to be sent to blackhistoriansparis2014@gmail.com by November 1, 2013

“History has thrown the colored man out.”

William Wells Brown 1860, in Benjamin Quarles Black Mosaic 1988, 111

robert b lewis

 

Almost 100 years after The Journal of Negro History was founded by Carter G. Woodson, we would like to reassess the legacy of those black historians who wrote the history of their community between the 1830s and World War II. Through slavery and segregation, self-educated and formally educated black Americans wrote works of history in order to inscribe, or re-inscribe, African Americans in American history. This served a two-fold objective: to make African-Americans proud of their past and to enable them to fight against white prejudice.

Over the past decades, historians have turned to the study of these pioneers, but a number of issues remain to be addressed. At first, before African Americans received doctorates in history or taught history at all-black colleges, activists wrote the first histories of their community (and beyond). We propose to address the following questions:  who published these books; how were they distributed, read and received? How can we assess the work of these “amateurs” from a historian’s point of view, at a time when the writing of history was becoming professional in Europe as well as in the United States? What do these publications reveal about the construction of professional history in the nineteenth century when we examine them in relation with other works by Euro-Americans whether working in an academic setting or as independent researchers?

Regarding the more “professional” generation that slowly emerged at the beginning of the twentieth century (Du Bois, Woodson, Logan, and others), a number of questions also remain unanswered. These historians wrote history “from the margins” of the profession, launching journals, organizing conferences and developing institutional tools for their segregated scientific activity. The process of integration was slow and mostly started after the Second World War. Yet one can wonder whether the marginal position of these historians was a hindrance or whether it might also have been an asset. Could it be argued that their use of alternative sources made them pioneers in developing a type of social and cultural history which would later be exemplified by the Annales school in France? If so,the intellectual contribution of the black historians who wrote professional history in the first half of the twentieth century must be re-assessed globally as well as nationally: what does it mean to write history from the margins?

nell

Finally, the work of these early historians must be placed squarely within the longer term historiographical development of African American and American history: African American history emerged as a major field of investigation in American history in the 1970s and 1980s, and, with the rise of Atlantic history in the 1990s and 2000s, it has now become one of the principal preoccupations of American historians. The groundwork had, however, been laid long before in a climate of segregation: the slave trade, US-Haitian relationships, and other key issues were the objects of major studies before the Second World War. How were these books circulated, read and received beyond an educated black public? Are these historians fully recognized for their pioneering work outside of their community, or have they been relegated to the margins of professional historical memory?

William C. Nell

Plenary speakers: Pero Dagbovie, Michigan State University, and Claire Parfait, Université Paris 13

 

This conference is sponsored by www.sorbonnepariscite.fr

And the following research teams : CIRESC/CNRS, LARCA, CREW, CRIDAF/Pléiade.

It will be held at University Paris Diderot www.univ-paris-diderot.fr