Présentation de la traduction française de l’ouvrage de Carolyn Fick

L’Association pour l’étude de la colonisation européenne (APECE), en collaboration avec l’Ambassade d’Haïti à Paris,
organise le lundi 9 décembre une présentation de la 1ère édition française du livre de Carolyn Fick : Haïti. Naissance dune nation. (Voir le PDF ci-contre pour plus de détails concernant cet ouvrage: Haïti naissance d’une nation-09 décembre 2013-)

fickLe débat, en présence de l’auteur, sera animé par Stéfanie Schüler, journaliste à RFI et Marcel Dorigny, président de l’APECE.

Le débat sera suivi d’une séance de signature de l’ouvrage.

Maison de l’Amérique latine
217, Boulevard Saint-Germain Paris 7e
(métro Solférino et rue du Bac)
De 19 h 30 à 21 h
Entrée libre

CFP: “Faire l’histoire de l’Amérique du Nord (1607-1865)” [Jeunes Chercheurs]

Appel à communications à destination des doctorants et jeunes chercheurs

Faire l’histoire de l’Amérique du Nord (1607 – 1865)

Vendredi 14 mars 2014, 
Université Paris-Est Créteil

IMAGER (Université Paris-Est Créteil), LARCA (Université Paris Diderot) ; REDEHJA

Comment faire l’histoire de l’Amérique du Nord, 1607 – 1865, aujourd’hui en France ? Au cours de ses recherches, tout doctorant spécialisé dans ce domaine se pose nécessairement cette question centrale, qui concerne à la fois le positionnement historiographique de sa thèse, l’accès aux sources, l’inscription dans des réseaux scientifiques internationaux, la quête de financements et enfin la rédaction du mémoire final. Le doctorant français se trouve confronté à un double problème : il doit d’une part s’adresser à la communauté scientifique hexagonale, mais, d’autre part, il lui faut participer à des débats historiographiques structurés à l’échelle atlantique, américaine et européenne, et accéder à des sources nécessairement lointaines. Il s’agirait de réfléchir à la façon dont les jeunes chercheurs peuvent surmonter ces difficultés.

La journée d’études coordonnée par la REDEHJA se propose de contribuer à une réflexion générale sur l’avenir et des modalités de la recherche concernant l’histoire de la jeune Amérique en France, à partir des recherches doctorales en cours. Organisée sous la forme d’un atelier, les doctorants intéressés sont invités à présenter leur positionnement historiographique et les sources utilisées dans leur travail de thèse. Chaque participant pourra ainsi mettre en lumière le champ dans lequel il s’inscrit et expliquer pourquoi et comment son travail peut contribuer à le renouveler. Tous les domaines d’investigation sont bienvenus : histoire politique, économique, sociale, culturelle ; histoire coloniale ou nationale ; histoire atlantique, connectée et croisée ; histoire du genre, etc.
Il s’agit donc de présenter des recherches en cours, quel que soit le stade d’avancement du travail doctoral – du débroussaillage historiographique à la rédaction finale. L’objectif majeur de cet atelier consiste en effet à mener une réflexion collective sur un sujet que chaque doctorant traite isolément, et de contribuer à la constitution d’une véritable communauté scientifique autour de l’histoire de la jeune Amérique. Chaque intervenant sélectionné pourra présenter son travail et bénéficier d’un commentaire préparé par un chercheur expérimenté et spécialiste du domaine.
Un court résumé de la communication proposée et un bref CV sont à adresser à Manuel Covo (mcovo@u-paris10.fr) et à Agnès Trouillet (agnes.trouillet@parisdescartes.fr) avant le 10 décembre 2013. REDEHJA et les centres partenaires (IMAGER et LARCA) participeront au financement des frais de transport des intervenants.
Organisateurs :
– Manuel Covo (CENA-Mondes américains, EHESS, Paris Ouest)
– Monica Henry (IMAGER, Université Paris-Est Créteil)
– Allan Potofsky (LARCA, Université Paris Diderot)
– Agnès Trouillet (LARCA, Université Paris Diderot)

Colloque “Écrire sur l’esclavage” (Le Havre, 28-29 novembre 2013)

 

Affiche_Colloque_Novembre2013

EcrireEsclavage-ProgrammeComplet

Le colloque Écrire sur l’esclavage s’inscrit dans le cycle des colloques organisés en partenariat entre l’université du Havre et la ville du Havre depuis 2008. Il prolonge une réflexion menée également dans le cadre d’un programme de recherche (UMR Idees 6266/CNRS) coordonné entre 2008 et 2012 par l’organisateur des colloques havrais (É. Saunier).

Les colloques havrais ont permis de réaliser trois publications (Villes portuaires du commerce triangulaire à l’abolition ; Les Abolitions de la Normandie aux Amériques ; L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824) qui, à l’exemple de cette dernière, parue en novembre 2012, prennent un soin particulier à valoriser le patrimoine culturel régional (L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824 englobe ainsi la critique et la transcription d’un manuscrit de la Bibliothèque municipale du Havre). Ils ont aussi participé à la dynamique scientifique autour de l’esclavage en Normandie concrétisée par la publication de deux ouvrages parus aux PURH en avril 2012 : Figures d’esclaves et Le récit de William Wells Brown, ouvrage transcrit et précédé d’une présentation critique par Marie-Jeanne Rossignol et Claire Parfait, professeures aux universités Paris Diderot et de Paris 13.

 C’est cette dernière publication, centrée autour des apports de l’un des récits d’esclaves les plus célèbres aux États-Unis, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre des études novatrices sur la place occupée par ces récits dans la lutte des abolitionnistes, qui est à l’origine du choix de la thématique et de la programmation de ce colloque international visant à présenter au public les enjeux et les intérêts de ces textes pour la connaissance de l’esclavage.

Ce colloque proposera à la fois une réflexion théorique et la présentation d’études de cas sur le récit d’esclave dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone. Les interventions examineront notamment le contexte et le rôle politique des récits : genre et périodisation, publication, circulation et réception, réécritures contemporaines du récit d’esclave. Faisant suite à cette présentation théorique et à ces études de cas, la dernière partie du colloque, qui ouvre également l’exposition Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, organisée du 22 novembre 2013 au 18 mai 2014 à l’Hôtel Dubocage de Bléville, est consacrée à l’étude des écrits de l’esclavage dans le monde indianocéanique entre l’époque de Bernardin de Saint-Pierre et le premier XIXe siècle.

Ce colloque s’inscrit également dans le cadre du projet PRES Sorbonne Paris-Cité Écrire l’histoire depuis les marges, porté par Claire Parfait (Université Paris 13), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot).