Programme du séminaire “Épistémologie et pratiques des Humanités numériques”

 

Sem-DH1

Le séminaire se tiendra à l’Institut Historique Allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris, Métro Saint Paul ou Chemin Vert.
Inscriptions : event[at]dhi-paris.fr
Toutes les séances ont lieu de 10h à 12h.


 

15 janvier 2016: Table ronde inaugurale: Aurélien Berra (EHESS), Anne Baillot (Uni. Humboldt, Berlin), Anne Rochebouet (UVSQ)

19 février 2016: Séance Patrimoine(s):
Nicolas Maître (HERDANZA): “Patrimoine et numérique : une approche innovante au service des publics”

Forte de son expérience et de la pluridisciplinarité de ses créateurs, la société Herdanza a voulu mettre au service du public les outils numériques actuels dans le domaine de la médiation culturelle.
Dialogue avec les institutions et sensibilisation auprès du public sont les clefs d’une médiation réussie où le numérique prend tout son sens.
Perception et reception, mise en oeuvre et contraintes techniques seront à l’ordre du jour pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ces nouveaux outils du domaine culturel.

 

Davide Gherdevich (UVSQ) “Le projet Polima et le site polimawiki : un site contributif pour l’étude des listes au Moyen Âge”  Continue reading

Appel à candidatures : contrat postdoctoral projet “Écrire l’histoire depuis les marges”

OFFRE D’EMPLOI / APPEL A CANDIDATURES

Post-doctorant Projet EHDLM  (« Ecrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains et le devenir de l’histoire »), Sorbonne Paris Cité

 

Offre d’emploi en CDD 11 mois, début du contrat 1er octobre 2015.

Post-doctorant à plein-temps chargé de la coordination du projet

Rémunération: 2395€ (salaire brut) par mois

Basé au laboratoire Pléiade, Université Paris 13, Villetaneuse.

  Continue reading

colloque 18-19 juin 2015: La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens empires / Historians and the Margins: from North America to Former Empires

La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens empires 

Historians and the Margins: from North America to Former Empires

 

affiche_colloque_margeHistoriensUniversité Paris 13 – 18-19 juin 2015/University Paris 13 – June 18-19, 2015

 

Institut Galilée, amphithéâtre Darwin

 

As part of the project “Writing History from the Margins”/Dans le cadre du projet « Écrire l’histoire depuis les marges » – EHDLM, Sorbonne Paris Cité : http://hdlm.hypotheses.org/

 

Thursday 18 June 2015 – Jeudi 18 juin 2015

Morning session/Matinée

9:00       Registration and welcome coffee/Accueil et café

9:30       Opening address/Discours de bienvenue : Michel Molin (directeur de l’UFR LLSHS, Université Paris 13), Françoise Palleau-Papin (directrice adjointe de Pléiade, EA 7338, Université Paris 13) Continue reading

CFP: “The Cultures and Politics of Leisure in the British Isles & the United States”

(la version française se trouve à la suite de la version anglaise)

Call for Papers: 

“The Cultures and Politics of Leisure in the British Isles & the United States”

An International Symposium Organized by the Research Group Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones: Du Réel au Virtuel (HDEA), Université Paris-Sorbonne 

Université Paris-Sorbonne, Paris, France

November 6-7, 2015

Leisure is a central rather than a peripheral feature of culture. Indeed, the divide between leisure and “productive work”—to which it is traditionally opposed—has never been an impassable wall, but rather a porous boundary involving dynamics of control, negotiation, and hybridization. Far from a mere holiday or retreat from society, leisure represents a specific domain of activities in which core social and cultural values and structures are expressed, reified, transmitted, learned, manipulated, and resisted. Cultural historian Johan Huizinga found play to be “productive of a culture,” sociologist Erving Goffman viewed games as “world-building activities,” psychoanalyst Donald Winnicott referred to play as the very locus of the “cultural experience,” and anthropologist Clifford Geertz borrowed Jeremy Bentham’s concept of “deep play” to convey the high stakes that certain leisure activities can hold for their participants.

This international symposium seeks to draw inspiration from such ideas in order to develop a multidisciplinary and transnational reflection on the role that leisure, in its myriad rituals and forms, has played in the British Isles, the Commonwealth, and the United States. We endeavor to place leisure at the center of broader discussions about nation, empire, class, gender, sexuality, religion, race, and ethnicity. We are particularly interested in proposals that explore how leisure practices and their representations within visual culture have been essential to “the invention of tradition(s)” (Hobsbawm and Ranger), the formation of “imagined communities” (Anderson), the “performance” of gender (Butler), the shaping of “spiritual practice(s)” (Blackshaw), the “making” of classes (Thompson) and “social distinction(s)” (Bourdieu), as well as those focusing on how communities and individuals have subverted and negotiated the dominant cultural meanings, identities, and hierarchies inscribed within popular leisure forms. We also invite state-centered approaches that explore how the politics and policies of leisure have shaped metropolitan spaces and lifestyles, as well as serving to regulate the labor productivity, “biopower” (Foucault), and moral codes of the nation. Moreover, we encourage projects that take transnational and/or comparative approaches, as well as those that seek to situate the study of leisure within the histories of empire and capitalism to examine how leisure practices have been transferred and appropriated throughout the world (colonies, Commonwealth, and elsewhere), at times serving as instruments of cultural, political, and economic domination and at others as tools of struggle and emancipation. We welcome contributions spanning the whole historical continuum, from Middle Age festivals and fairs to Digital Age social media activities and on-line games.

Presentations should be in English or French, and should not exceed twenty minutes. Abstracts must not exceed 400 words and must be submitted in English or in French by email (in .doc or .pdf format only please) to leisure@listes.paris-sorbonne.fr by Friday, May 1, 2015. For further information, please contact: Nathalie Caron (nathalie.caron@paris-sorbonne.fr), Andrew Diamond (andrew.diamond@paris-sorbonne.fr), or Thibaut Clément (thibaut.clement@paris-sorbonne.fr).

For additional information on HDEA, see: http://www.paris-sorbonne.fr/la-recherche/les-unites-de-recherche/civilisations-cultures/histoire-et-dynamique-des-espaces/presentation-4640/

 

Appel à communications:

« Cultures et politiques du loisir dans les Iles Britanniques et aux Etats-Unis » 

Colloque international organisé par l’unité de recherche Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones: Du Réel au Virtuel (HDEA), Université Paris-Sorbonne

Université Paris-Sorbonne, Paris, France

6 et 7 novembre 2015

Le loisir est un aspect central plutôt que périphérique de la culture. Loin de s’opposer, le « loisir » et ce que la tradition désigne comme son antonyme, à savoir le « travail productif », s’articulent étroitement, selon des dynamiques de contrôle, de négociation et d’hybridation. Le loisir n’est pas un temps « mort » soustrait à la société ; il constitue au contraire un domaine d’activités spécifique où les valeurs fondamentales propres à une culture et à une société données se voient exprimées, réifiées, transmises, apprises, manipulées ou même rejetées. C’est ainsi que l’historien de la culture Johan Huizinga décrit le jeu comme « constitutif de la culture », là où le sociologue Goffman parle, lui, d’ « activité de construction du monde » ; le psychanalyste Donald Winnicott, pour sa part, fait du jeu le lieu même de l’ « expérience culturelle », tandis que l’anthropologue Clifford Geertz emprunte à Jeremy Bentham son concept de « jeu profond » pour rendre compte des enjeux importants que certaines activités de loisir revêtent aux yeux de leurs participants.

Ce colloque international se propose de puiser dans ces courants de pensées pour enrichir une réflexion interdisciplinaire et transnationale sur le rôle que le loisir, au travers de ses formes et de ses rituels innombrables, a pu jouer dans les îles Britanniques, dans les Commonwealth, aux États-Unis, cela sur le temps long. Nous tenons notamment à replacer le loisir (et sa représentation au sein de la culture visuelle) au cœur de discussions plus larges sur les notions d’empire, de nation, de classe, de genre, de sexualité, de religion, de race et d’appartenance ethnique. Nous nous intéresserons ainsi de près aux propositions qui interrogeront la façon dont les pratiques de loisir ont pu permettre « l’invention de la (ou des) tradition(s) » (Hobsbawm et Ranger), la création de « communautés imaginaires » (Anderson), les « performances de genre » (Butler), « l’élaboration de pratiques spirituelles »  (Blackshaw), ou encore la « formation » des classes sociales (Thompson) et des « distinctions sociales » (Bourdieu) ; de la même manière, nous intéressent les propositions qui se pencheront sur la façon dont individus et communautés ont pu subvertir ou négocier les valeurs, identités et hiérarchies dominantes véhiculées dans les formes de loisirs populaires. Nous encourageons par ailleurs les propositions questionnant le rôle de l’Etat et la manière dont les politiques du loisir ont façonné les espaces et les styles de vie métropolitains ou permis d’accroître le contrôle sur la productivité au travail, le « biopouvoir » (Foucault), ainsi que les codes moraux de la nation. Nous encourageons également les approches transnationales ou comparatives qui, en situant le loisir au sein de l’histoire mondiale de l’empire ou du capitalisme, mettent en évidence les effets de transferts et d’appropriation des pratiques de loisirs dans le monde (colonies, Commonwealth, et ailleurs) – faisant de ces derniers l’instrument tantôt de la domination culturelle, politique, et économique, tantôt de la contestation et de l’émancipation. Nous accueillerons des propositions couvrant le champ entier de l’histoire, depuis les  foires et les tournois médiévaux jusqu’aux médias sociaux et aux jeux en ligne de l’ère numérique.

Les présentations, d’une durée de vingt minutes maximum, se feront en français et en anglais. Les propositions, limitées à 400 mots maximum, seront soumises en français ou en anglais par email (uniquement au format .doc ou .pdf) à l’adresse leisure@listes.paris-sorbonne.fr d’ici au vendredi 1er mai 2015. Pour tout renseignement complémentaire, merci de contacter : Nathalie Caron (nathalie.caron @paris-sorbonne.fr), Andrew Diamond (andrew.diamond@paris-sorbonne.fr) ou Thibaut Clément (thibaut.clement@paris-sorbonne.fr).

 Pour plus d’informations sur  HDEA, voir : http://www.paris-sorbonne.fr/la-recherche/les-unites-de-recherche/civilisations-cultures/histoire-et-dynamique-des-espaces/presentation-4640/

Journée Publications Récentes (7 novembre 2014)

Journée Publications récentes « jeune Amérique »  REDEHJA, Paris Sorbonne – Paris Diderot

7 novembre 2014

Université Paris Sorbonne, 1 rue Victor Cousin 75005 Paris

Salle : J636 (3è étage, escalier G, à droite en sortant de l’ascenseur)

 

Organisation : Nathalie Caron (Paris Sorbonne-Paris 4) et Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot-Paris 7)

Avec la contribution des unités de recherche HDEA (Paris Sorbonne)

http://www.paris-sorbonne.fr/la-recherche/les-unites-de-recherche/civilisations-cultures/histoire-et-dynamique-des-espaces/presentation-4640/

Et LARCA (Paris Diderot)

http://www.univ-paris-diderot.fr/EtudesAnglophones/pg.php?bc=CHVR&page=LarcaAccueil


Matin : Chair Allan Potofsky (président REDEHJA)

9h00-9h45 Claire Bourhis-Mariotti, Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Marie-Jeanne Rossignol et Clément Thibaud, dir. Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860. Bécherel: Les Perséides, 2013.

Commenté par Céline Flory, (EHESS/ CNRS)

10h00-10h45

Elise Marienstras, La Résistance indienne, Gallimard, Folio Histoire, nouvelle édition 2014.

commenté par Thomas Grillot (EHESS) et Augustin Habran (Paris Diderot)

10h45-11h15 Pause café

11h15-12h00

Nicolas Barreyre, L’or et la liberté. Une histoire spatiale des Etats-Unis après la Guerre de Sécession, Editions de l’EHESS, 2014.

Commenté par Evelyne Payen ( Paris 3-Sorbonne nouvelle) et Pierre Gervais (Paris 3-Sorbonne nouvelle)

Après-midi Chair : Nathalie Caron

14h-14h45 Cécile Vidal, dir., Louisiana. Crossroads of the Atlantic World, Pennsylvania University Press, 2013.

Commentaires de Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot)

14h45-15h30 Thomas Constantinesco et Bruno Monfort, traduction et édition de Les déterreurs de trésor, de Washington Irving, Presses de l’ENS Ulm, 2014

Commentaires par Agnès Derail (ENS Ulm), Auréliane Narvaez (Paris 4 Sorbonne)

15h30-17h00

Table ronde autour de l’ouvrage traduit en français de Sophie Rosenfeld,  Le sens commun, histoire d’une idée politique, Presses universitaires de Rennes, 2012, en présence de l’auteure

Commentaires de Aurélie Godet (Paris Diderot), Nathalie Caron et Marc Bélissa (Nanterre)

PARUTION: Rahma Jerad, Les États-Unis et Cuba au XIXe siècle: Esclavage, abolition et rivalités internationales

Couverture JeradCet ouvrage emmène le lecteur vers les prémisses des relations entre les États-Unis et Cuba. Il explore une période souvent méconnue de ces relations à travers un récit qui oscille entre histoire politique, histoire diplomatique et histoire littéraire. Rahma Jerad considère le contexte politique, économique et intellectuel cubain aussi bien que la question de la traite négrière, alors au centre des débats internationaux.

Prix de thèse 2010 remis par le conseil scientifique de l’Institut des Amériques.

Plus d’informations ici.

Rahma Jerad est titulaire d’un doctorat en langue et culture des sociétés anglophones de l’université Paris-Diderot. Ses recherches portent sur l’esclavage, l’expansionnisme et l’abolitionnisme, les relations diplomatiques et culturelles entre les États-Unis, Cuba et la Grande Bretagne au XIXe siècle. Elle est actuellement maître-assistante à l’Institut supérieur des langues de Tunis, université de Carthage (Tunisie) et membre du LARCA, Paris-Diderot.

 

Assemblée Générale du REDEHJA

Message du Président du REDEHJA:

Mesdames, Messieurs, chères et chers collègues,

J’ai l’honneur de vous convier à l’Assemblée Générale de notre association REDEHJA, le vendredi 24 janvier 2014 à 10h, à l’Institut du Monde Anglophone, Salle 33, 5 rue de l’École de Médecine, 75006 Paris – Avec le soutien de LARCA (Paris-Diderot) et CREW/CRAN (Paris-3).

Ordre du jour de l’AG

1. Programme des rencontres pour 2014 (séminaires, journées d’étude, colloques, conférenciers invités, etc.).  Idées pour 2015 et au-delà.

2. Présentation de la journée REDEHJA des doctorants et jeunes chercheurs, « Faire l’histoire de l’Amérique du Nord (1607 – 1865) », le 14 mars 2014, Université Paris-Est Créteil IMAGER (Université Paris-Est Créteil) et LARCA (Université Paris Diderot).

3. Présentation du congrès de l’EEASA, « Print, Speech, and Performance in Early America and the Atlantic World », qui aura lieu du 11 au 13 décembre 2014 à Lublin en Pologne.

4. Présentation de la journée « From Exhibitions to Expositions. The Americas and the Rise of the Global Event »,  Università degli Studi di Milano, (Milan, Italie) le vendredi 24 octobre 2014 (Marco Sioli).

5. Présentation du nouveau site web de REDEHJA (Lauric Henneton, webmestre).

6. Bilan financier REDEHJA (Jean-Baptiste Goyard, trésorier).

7. Renouvellement du bureau : démissions et/ou candidatures éventuelles (et/ou reconduction des membres du bureau actuels) aux différentes fonctions du bureau.

8. Questions diverses.

Bien à vous,

Allan Potofsky,

Président de REDEHJA.

Publication: Quakers and Abolition

It is our pleasure to announce that Quakers and Abolition will be published by University of Illinois Press on 31 March 2014.

Carey_Plank

Quakers and Abolition

This collection examines the complexity and diversity of Quaker antislavery attitudes from 1658 to 1890. Contributors from a range of disciplines, nations, and faith backgrounds show Quakers’ beliefs to be far from monolithic. They often disagreed with one another and the larger antislavery movement about the morality of slaveholding and the best approach to abolition.

Not surprisingly, this complicated and evolving antislavery sensibility left behind an equally complicated legacy. While Quaker antislavery was a powerful contemporary influence in both the United States and Europe, present-day scholars pay little substantive attention to the subject.

This volume faithfully seeks to correct that oversight, offering accessible yet provocative new insights on a key chapter of religious, political, and cultural history.

 

Contributors include Dee E. Andrews, Kristen Block, Brycchan Carey, Christopher Densmore, Andrew Diemer, J. William Frost, Thomas D. Hamm, Nancy A. Hewitt, Maurice Jackson, Anna Vaughan Kett, Emma Jones Lapsansky-Werner, Gary B. Nash, Geoffrey Plank, Ellen M. Ross, Marie-Jeanne Rossignol, James Emmett Ryan, and James Walvin.

“A nicely balanced volume in every way, important not only for what it covers but also for how it will inspire future students of Quakers and race. These essays encourage other scholars to reexamine Quakers and their interracial activism, while suggesting a variety of useful new perspectives and tools.” –Allan W. Austin, author of Quaker Brotherhood: Interracial Activism and the American Friends Service Committee, 1917-1950 

“A unique volume that well illustrates the richness of its subject. Quakers and Abolition offers fresh takes on several key debates and unsettles or complicates many simplistic assumptions about the subject.” –Jonathan D. Sassi, author of A Republic of Righteousness: The Public Christianity of the Post-Revolutionary New England Clergy

 

Table of Contents

Introduction by Brycchan Carey and Geoffrey Plank

Part I Freedom within Quaker Discipline: Arguments among Friends

Chapter 1. “‘Liberation Is Coming Soon’Soon”: The Radical Reformation of Joshua Evans (1731-1798)” by Ellen M. Ross

Chapter 2. “Why Quakers and Slavery? Why not More Quakers?” by J. William Frost

Chapter 3. “George F. White and Hicksite Opposition to the Abolitionist Movement” by Thomas D. Hamm

Chapter 4. “‘Without the Consumers of Slave Produce There Would Be No Slaves”:’ Quaker Women, Antislavery Activism and Free-Labor Cotton Dress in the 1850s.”by Anna Vaughan Kett

Chapter 5. “The Spiritual Journeys of an Abolitionist: Amy Kirby Post, 18023-1889” by Nancy A. Hewitt

Part II “The Scarcity of African Americans in the Meetinghouse: Racial Issues among the Quakers”

Chapter 6. “Quaker Evangelization in Early Barbados: Forging a Path towards the Unknowable” by Kristen Block

Chapter 7. “Anthony Benezet: Working the Antislavery Cause inside and outside of “‘The Society’” by Maurice Jackson

Chapter 8. “Aim for a Free State and Settle among Quakers: African-American and Quaker Parallel Communities in Pennsylvania and New Jersey” by Christopher Densmore

Chapter 9. “The Quaker and the Colonist: Moses Sheppard, Samuel Ford McGill, and Transatlantic Antislavery across the Color Line” by Andrew Diemer

Chapter 10. “Friend on the American Frontier: Charles Pancoast’s A Quaker Forty-Niner and the Problem of Slavery” by James Emmett Ryan

Part III “Did the Rest of the World Notice? The Quakers’ Reputation”

Chapter 11. “The Slave Trade, Quakers, and the Early Days of British Abolition” by James Walvin

Chapter 12. “The Quaker Antislavery Commitment and How It Revolutionized French Antislavery through the Crèvecoeur-Brissot Friendship, 1782-1789” by Marie-Jeanne Rossignol

Chapter 13. “Thomas Clarkson’s Quaker Trilogy: Abolitionist Narrative as Transformative History” by Dee E. Andrews and Emma Jones Lapsansky-Werner

Chapter 14. “The Hidden Story of Quakers and Slavery” by Gary B. Nash

 

Author:

Edited by Brycchan Carey and Geoffrey Plank

Pub Date:

May 2014

Pages:

264 pages

Dimensions:

6.125 x 9.25 in.

Illustrations:

3 black & white photographs

Parution de l’ouvrage “Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860”

Le REDEHJA a le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860 aux éditions Les Perséides (2013), sous la direction de Claire Bourhis-Mariotti, Bernard Gainot, Marcel Dorigny, Marie-Jeanne Rossignol et Clément Thibaud.

VisuelCouleursLa thématique développée dans cet ouvrage est la mutation paradoxale du système colonial européen hérité des « découvertes » de la fin du XVe siècle durant la période 1804-1860, avant que ne se réalisent à grande échelle les nouvelles conquêtes européennes et que ne s’ouvre une nouvelle ère « impérialiste ». Phénomène global, cette mutation a affecté les trois aires géographiques du monde atlantique, mais aussi les sociétés coloniales de l’océan Indien. La nouvelle orientation coloniale reposait sur trois postulats : abolir la traite et l’esclavage, à la fois au nom des droits de l’homme et de la recherche d’une efficacité économique maximale, dans le cadre des nouvelles conceptions de la division du travail, du salariat, de la mécanisation et des échanges internationaux ; implanter en Afrique des « établissements », agricoles et commerciaux, afin de mettre en valeur ce continent — désormais épargné par le fléau de la traite négrière — selon les normes et les méthodes de l’Europe qui se donnait dès lors la « mission de civiliser » l’Afrique en lui apportant ses Lumières ; redéfinir les relations de travail au sein même des « anciennes colonies » pour perpétuer le cadre de la monoculture extensive, en ayant recours à des contrats de location de la force de travail, ou de partage inégalitaire des produits de la récolte. Cette large perspective révèle la cohérence de cette période cruciale longtemps négligée par l’historiographie, pendant laquelle se met en place l’arsenal idéologique des colonisations futures.

Pour la partie concernant l’aire anglo-américaine, contributions de:

– Claire Bourhis-Mariotti : « L’émigration volontaire des Noirs-Américains vers Haïti dans les années 1820 : Une alternative aux projets de l’American Colonization Society »

– Eric Burin : « La loi sur la traite négrière de 1819 : Un nouveau regard sur la politique de colonisation des États-Unis vers l’Afrique et les débats sur l’esclavage au Congrès »

– Kate Hodgson: « Envisager l’avenir après l’esclavage : Voyageurs abolitionnistes dans la Caraïbe, 1833-1848 »

– Suzanne Schwarz: « D’une administration privée au contrôle de la Couronne : Expérimentation et adaptation en Sierra Leone à la fin du xviiie et au début du xixe siècle »

– Joseph Yannielli: « Géographies de l’abolition : la mission Mendi »

ISBN : 978-2-915596-96-0

Septembre 2013, 23 x 15 cm, 416 pages, 28 €

L’ouvrage est disponible à la vente notamment par le biais du site de l’éditeur : http://lesperseides.fr/nouveaute/

N’hésitez pas à communiquer ce lien aux bibliothèques et institutions (universitaires) susceptibles d’être intéressées par l’acquisition de cet ouvrage.