Le tournant numérique appliqué à l’histoire atlantique et américaine: enjeux, potentialités, contraintes et limites

dig humLe tournant numérique appliqué à l’histoire atlantique et américaine: enjeux, potentialités, contraintes et limites.

Vendredi 20 juin 2014, Université Paris Diderot, salle des thèses, horaires à préciser

Sur son compte Twitter, l’historien de Harvard David Armitage se présente comme un “historien analogique dans un monde numérique”. Le commun des historiens/civilisationnistes, qu’il soit directeur de recherches ou doctorant, peut-il se permettre une telle posture?

À l’heure où nombre de séminaires, articles et numéros spéciaux de revues sont consacrés aux humanités numériques en histoire, il nous a semblé indiqué de porter la réflexion épistémologique sur les champs de recherches explorés au sein du REDEHJA (jeune Amérique et espace atlantique, 1607-1865).

Partant du postulat que les outils sont bel et bien utiles, cette journée entend poser la question de savoir s’ils sont pour autant devenus indispensables. Ainsi, le terme de “tournant numérique” est-il justifié ou exagéré? Un doctorant pourra-t-il rivaliser sur le marché de l’emploi sans accès à des bases de données payantes comme JSTOR, EEBO/ECCO ou encore READEX? Que gagne-t-on à utiliser des outils comme Zotero, Evernote ou Twitter? À quels types d’enquêtes s’adressent des outils comme les SIG, le topic modeling, le text mining? Quel est le rapport coût/bénéfice de l’apprentissage de ces outils? Faut-il désormais concevoir un sujet en pensant aux usages/outils numériques? Quelle est la responsabilité des directeurs de recherches vis-à-vis de leurs étudiants dans ce nouvel environnement?

Les échanges se concentreront sur la période et les thématiques des chercheurs du REDEHJA (1607-1865) mais sans exclusive. Que pouvons-nous en effet tirer de l’expérience d’historiens travaillant sur d’autres champs et d’autres périodes? Qu’avons-nous à apprendre des pratiques et des réalisations mettant à profit les outils des “humanités numériques”?

La journée se structurera autour de quatre ateliers thématiques, qui laisseront la part belle aux échanges. Les participants, qu’ils soient membres du REDEHJA ou non, qu’ils soient américanistes ou non, sont invités à apporter leurs témoignages et faire part de leur expérience pour enrichir la réflexion.

* Atelier 1 (Lauric Henneton): Les enjeux épistémologiques du recours aux humanités numériques en histoire 

* Atelier 2 (Lauric Henneton et Clément Martin): Présentation d’outils numériques (Zotero, Evernote, Inkscape, Google Map Engine, Palladio…)

* Atelier 3 (Clément Martin): Présentation de projets en cours et de réalisations en “Digital history” (topic modelling, cartographie sémantique, SIG)

* Atelier 4 (Claire Bourhis-Mariotti): Les enjeux didactiques: l’enseignement des “Digital Humanities” dans les universités françaises et américaines

 

Dans un souci d’organisation optimale, les collègues qui souhaiteraient faire partager leur expérience à l’occasion de l’un de ces ateliers sont vivement encouragés à contacter rapidement les responsables d’ateliers.

Contacts:

Claire Bourhis-Mariotti, LARCA (UMR 8225) / Université de Cergy Pontoise (claire.bourhis-mariotti@u-cergy.fr)

Lauric Henneton, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (lauric.henneton@uvsq.fr)

Clément Martin, Université Paris Diderot (clemm.martin@gmail.com)


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *